00%
Advisory • Concept • Project

Etre au bureau ou ne pas être… une question existentielle !

Sommaire

L’heure de la rentrée a sonné. Pendant que certains embrassent encore l’insouciance des derniers jours de vacances, d’autres sont sur le front, à pied d’œuvre pour de nouvelles aventures. Metro, boulot, dodo… vraiment ? A vrai dire nous sommes tous un peu perdus dans le flot d’articles contradictoires sur le fameux couperet du « retour au bureau » et la question de l’hybridation. AKTIS PARTNERS a voulu mettre son grain de sel et vous dire ce qu’elle en pense…
 
Impossible de passer à côté de l’agitation qui règne au sein des géants de la tech autour du télétravail. Et c’est peu dire. Elon Musk, n’a pas fait dans la dentelle et s’est attiré les foudres de ses salariés suite à un mail abrupt bannissant le télétravail. Chez Apple, même son de cloche, il est désormais obligatoire de revenir trois jours sur site, ce qui a donné lieu à une pétition. Du coté de BlaBlacar, les 700 salariés (dont 450 en France) peuvent quant à eux, choisir le rythme de leur présence au bureau, de cinq jours par semaine allant deux ou trois jours par mois. Ces quelques exemples illustrent à merveille le délicat équilibre de la présence au bureau…

Harmoniser le présentiel et le distanciel 

Bien que le home office ait conquis une grande majorité des cœurs en col blanc, ce n’est pas toujours le cas. Le confinement en est un parfait exemple : dans les grandes villes, nombreux sont les salariés à avoir souffert de mélanger vie pro et perso dans de petits espaces, souvent mal adaptés. Par ailleurs, la démocratisation de l’hybridation du travail a conduit les entreprises à séquencer l’organisation autour de trois tempos que sont la production, la collaboration et la sociabilisation. Si certaines tâches sont réalisables en télétravail, (et avec le sourire en prime !) celles de fédérer les équipes et cultiver la culture d’entreprise ont montré leurs limites. Et ce n’est pas un scoop, l’esprit d’équipe et la convivialité sont le ciment de la réussite. Dans cette optique, le bureau n’est plus un lieu d’obligations, mais un lieu de vie et de destination, nous devons nous retrouver pour une bonne raison. Et surtout donner du sens. Dans la guerre des talents qui sévit, le risque de perdre les meilleurs parce que l’organisation n’est pas adaptée à leur mode de vie n’est pas négligeable. Pour optimiser son attractivité, l’entreprise doit veiller à harmoniser l’individuel et le collectif, une réflexion exigeante mais gage de performance.

Repenser les aménagements de travail

Qui dit hybridation du travail, dit nouvelles formes de management et d’organisation des espaces…

Mais le bureau est-t-il encore un espace de travail ? La réponse semble couler de source mais en y regardant de plus près, les sociétés mettent aujourd’hui les bouchées doubles pour métamorphoser leurs sièges, bien au-delà de leur essence initiale : produire. Exit le sempiternel contrôle de la hiérarchie, l’ambiance célèbre la confiance et l’autonomie, une approche florissante qui libère les employés et les invite à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Et dans les faits, ça se traduit comment ?

Les entités s’orientent aujourd’hui vers un esprit « lieu de vie », ancré dans les activités du quotidien, avec une offre servicielle à la clé pour faciliter le quotidien de ses utilisateurs. Des cuisines équipées, en passant par des espaces de détente aux allures d’appartements cosy, salles de bain pour les aficionados du sport entre midi et deux, les espaces de travail comptent bien se refaire une beauté et séduire les employés pour leur expérience attrayante. Dans une logique « moins de bureau, mais mieux », ils s’humanisent et se muent en un écosystème de collaboration chaleureux, un lieu où l’on se rend pour les réunions, les célébrations, le partage et l’émulation d’idées, bien loin de leur aspects purement fonctionnels et « moroses » d’antan. Bien que le Covid ait démontré les bienfaits du télétravail sur la production, la créativité a quant à elle parfois déchanté. Pour y palier, les bureaux doivent détonner et offrir un cadre de travail stimulant que nous ne retrouvons pas chez nous.

Précurseurs sur ces thématiques dès les années 2000, les géants de la tech ont révolutionné les aménagements de travail, aujourd’hui la norme. Bien au-delà des agences de communication et de publicité réputés pour leur concepts forts, les activités traditionnelles leur emboitent le pas. Cabinets notarial, d’avocats, d’experts comptables, leur approche se veut moins conservatrice. Ils sont en effet nombreux à décloisonner les espaces et vouloir traduire leur identité dans leurs locaux.

Chez AKTIS PARTNERS, nous sommes convaincus que le « full » retour au bureau ne verra pas le jour. Mais d’ailleurs, est-ce vraiment souhaitable ?

L’informatique ultra mobile et les nombreuses applications de visio nous libèrent du carcan du bureau mais notre appétit d’être créatifs et entourés nous y feront toujours retourner. Ce changement de paradigme qui a le mérite de remettre l’humain au centre dessine le nouveau visage de l’immobilier tertiaire. Moins de surfaces, mais davantage d’exigences au cœur des réflexions, ce marché est aujourd’hui dicté par des impératifs en termes de flexibilité… qui ont tout bon.

Parce que déterminer la meilleure stratégie immobilière ne s’improvise pas et engage un temps précieux, AKTIS PARTNERS, spécialiste du conseil utilisateur, vous accompagne dans votre conduite du changement. Bien plus qu’une simple problématique de mètres carrés, nous mettons un point d’honneur à appréhender l’âme de votre organisation et vous aider à projeter votre vision dans le monde de demain. Cette philosophie, nous la connaissons bien, puisqu’elle fait partie intégrante de notre ADN. A l’image d’une petite famille soudée, les personnalités qui composent AKTIS PARTNERS partagent le même sens des valeurs et du travail bien fait. Passion, créativité, réactivité et sens de l’écoute sont au rendez-vous pour traduire vos besoins et dessiner le bureau de vos rêves. Oui, osons rêver en cette rentrée 2022 !